Cela fait quelques années que les aides soignantes veulent un statut libéral comme leur consoeur les infirmières, afin de pouvoir intervenir au domicile des patients. Dernièrement M. Moyne-Bressand député de l’Isère a fait une proposition de loi dans ce sens et nous attendons tous une réponse à cette situation qui met mal à l’aise tous les acteurs de la santé.

aide soignante 2

Rappel sur le statut d’aide soignante

A ce jour, les aides soignantes n’ont pas la possibilité de travailler en statut libéral car elles doivent être sous la direction d’un médecin ou plus fréquemment d’une infirmière. Elles ne peuvent donc pas intervenir seules en dehors des hopitaux ou des établissements de santé car elles ne seraient plus sous la surveillance de ces professionnels de la santé.

En effet, dans un établissement médical ou en maison de retraite, les aides soignantes ont pour rôle de prendre soin de l’hygiène des patients et des locaux, peuvent faire du nettoyage de plaie et changer des pansements sur des blessures superficielles, s’occupent de distribuer les repas et peuvent dans certains cas donner des médicaments prescrits pas un médecin ou une infirmière. (Voir en détail leur rôle ici)

as

Elles ne peuvent donc pas travailler de manière autonome, selon les certaines fédérations. De plus, les infirmières sont contre cette réforme, ayant peur que les aides soignantes leur volent la clientèle, comme ces dernières auront un tarif plus bas, vu leur niveau d’étude et de compétence.

Les implications du statut libéral

Les différentes fédérations ne sont pas toutes d’accord sur comment tout cela doit évoluer. Certaines veulent bien accepter ce changement de statut des aides soignantes, à condition que les tâches à effectuer à domicile des patients soient bien établies et respectées. En effet, tous ont conscience que les tâches de nursing (laver les patients, changer les draps, aider à faire les besoins, nettoyer la chambre…) ne sont pas effectuées par les informières à l’hopital donc pourquoi les font elles chez les patients. Ces tâches peuvent être faites par les aides soignantes.

De plus ces tâches ont toujours été mal vues par les infirmières qui les considèrent comme tâches subalternes.Donc pourquoi vouloir les faire dans ces conditions. Le lobby des infirmières est très forte en plus de cela. Il semble qu’il est difficile de trouver une issue favorable à tous.

Aujourd’hui, à l’hopital, le couple infirmière / aide soignante fonctionne car les infirmières s’attribuent les tâches qu’elles préfèrent depuis des années, tâches dites plus intellectuelles et donnent les tâches plus ingrates aux AS. Les infirmières ont pour rôle de former les aides soignantes, mais la plupart du temps, elles ne vont les former que sur les tâches qu’elles considèrent faites pour elles. (Cliquez là pour lire la réaction des fédérations)

Ce combat est épuisant pour tous et mettent souvent mal à l’aise les AS et les infirmières qui continuent à travailler ensemble. Mais quelque soit le changement adopté, il faut prendre en compte en premier lieu le bien être des patients à domicile, qui demandent des soins mais aussi de l’aide dans la vie quotidienne et de la compagnie et un soutien moral de tous les jours.