Un trouble alimentaire ne correspond pas au seul fait de grignoter mais représente un comportement beaucoup plus extrême. L’anorexie, la boulimie et l’hyperphagie sont ses principales formes d’expression avec un dérèglement de la façon de manger, de s’alimenter qui va entraîner des conséquences souvent dangereuses pour l’organisme.

Une représentation de la réussite

Troubles alimentaires

Pour pouvoir entamer une démarche de recherche de guérison, il faudra tout d’abord se convaincre que ce but peut être atteint. Les chiffres peuvent aider, avec plus de 60 % de guérisons totales dans des cas d’anorexie mentale restrictive et 50 % dans les cas de boulimie.

Se fabriquer une image visuelle de la réussite va permettre de pouvoir la retrouver en cas de besoin pour se recentrer sur elle et finalement l’atteindre.

Se fixer des objectifs précis

Se fixer des objectifs concrets

Il est certain que dans un cas comme dans l’autre, décider de perdre 4 kilos le plus rapidement ou de les prendre en quelques jours ou quelques semaines risque d’apporter des déconvenues. Un trouble alimentaire est un mécanisme mental ancré depuis des mois voire des années et il sera bien difficile de s’en sortir par cette voie.

Il sera plus facile de se poser des objectifs en termes d’aliments à manger ou à éviter. En prenant comme résolution d’en enlever un puis deux ou de rajouter une portion, le processus se fera beaucoup plus facilement.

Oublier les normes

Se muscler

Considérer sans cesse son IMC ou son poids peut entraîner une certaine culpabilité chez la personne qui ne pourra présenter des résultats concluants. Il est donc préférable de s’en éloigner dans les premiers temps et de simplement faire un contrôle une fois par mois pour savoir quels sont les progrès.

Réaliser une vérification une fois par semaine semble trop important et risque de déclencher une obsession. Cependant, à chaque nouvelle obsession, le trouble alimentaire refait surface donc il faut absolument éviter ce cercle vicieux.

Apprendre à se respecter

Se respecter

Les thérapeutes vont accompagner les personnes souffrant de troubles alimentaires en leur expliquant que leur corps a besoin d’un certain nombre de calories pour fonctionner correctement et qu’il est indispensable de lui fournir.

En déplaçant le sujet du « je » au corps, la méthode est plus simple à appliquer. Il ne s’agit plus de prendre soin de soi mais de son corps. Dans le même sens, des sources de plaisir seront recherchées, comme la musicothérapie, la relaxation, la natation.